Goutez des bières légendaires

 

l’histoire

Nos productions sont imprégnées de l’énergie de nos montagnes

4

ans

9

bières

9

houblons

12

malts

Nos bières sont fabriquées à partir de produits issus de l’agriculture françaiseLes malts et les houblons proviennent exclusivement de France, respectivement de Beauce et d’Alsace.

Après des études d’œnologie ainsi que le travail dans un domaine viticole et après avoir été gérant d’une cave à vins, bières et spiritueux à Londres, c’est en face de ce monument naturel qu’est le Monte Kyrie Eleïson en face du village de Ghisoni que s’est installée la Brasseria di u Monte Kyrie pour proposer une bière locale, enracinée, brassée en Corse, par des Corses pour les amateurs du monde entier. Actuellement 4 bières permanentes avec une double IPA, une brown porter, une Witbier et une Vienna lager ainsi que des bières éphémères.

Creation de la brasserie

La brasserie a été fondée en 2017 suite à la volonté de deux cousins, Laurent et Pierre passionnés de bière.

C’est naturellement que nous avons voulu créer notre production dans notre village d’origine, Ghisoni, non seulement par défis pour créer une nouvelle activité locale mais aussi par notre attachement à notre commune. 

Un grand merci à Etienne, notre mentor, pour nous avoir transmis son savoir-faire et ses connaissances sur la bière.

J’ai eu un parcours qui m’a emmené à passer un diplôme en viticulture et œnologie. J‘ai travaillé plusieurs années dans les vignes ainsi que dans les caves où j’ai appris les fermentations et les vinifications.

J’ai ensuite poursuivi mes études en commerce internationale avec notamment une spécialisation en commerce des vins et spiritueux. Cette école m’a mené à Londres où j’ai été caviste et c’est là que j’ai découvert réellement l’univers de la bière qui m’a très vite séduit.

Le projet a alors germé dans mon esprit : créer une brasserie dans mon village d’origine.

Pierre

J’ai été séduit par l’idée et j’ai rejoint l’aventure dès le début.

On a commencé avec un matériel très rudimentaire qui nous a donné du fil à retordre. Pas mal de raté mais c’est la meilleure des écoles il paraît, donc on peut dire qu’on a été à très bonne école.

Mais petit à petit on a commencé à vraiment améliorer les recettes, les protocoles et les premiers retours vraiment positifs sont très vite venus.
C’est à ce moment qu’on a décidé de se lancer dans la production grande échelle et de nous professionnaliser.

Laurent

Aujourd’hui nous commençons à être présent un peu partout sur l’île et même à nous développer sur le continent.

C’est beaucoup le bouche à oreille qui nous a lancé et qui continue à nous apporter une notoriété, notamment suite aux deux prix reçus lors des fêtes de la bières corse, mais maintenant nous commençons à lancer vraiment une stratégie commerciale plus proactive. 

Nous voulons étoffer notre gamme de bière mais toujours dans l’esprit d’artisanat et de qualité dans lequel nous avons débuté. 

A terme nous ambitionnons de pouvoir produire entièrement nos matières premières sur la Corse. Actuellement toutes nos matières premières sont issues de l’agriculture française indépendante. 

Notre but est d’augmenter continuellement la qualité de nos bières et de ne jamais nous arrêter sur nos acquis pour vous apporter un produit toujours meilleur.

L’histoire du Kyrie ElEison

« Seigneur prend pitié » – extrait du livre les 30 plus beaux sommets Corse.

« Au XIVe siècle se développa en Corse une confrérie religieuse qui d’origine Franciscaine fit dissidence. Prônant la pauvreté, la communauté des biens les Ghjuvannali s’éloignèrent de l’église apostolique et romaine. La confrérie sera excommuniée à plusieurs reprises puis, le pape Urbain V décide de lancer une croisade contre eux. La plupart furent massacrés, les derniers furent arrêtés et brûlés à Ghisoni.

Ici débute la légende: durant l’office religieux, alors que la population et le prêtre entonnaient « Kryste Eleison, christe eleison », les parois montagneuses alentours leurs répondirent en écho.
Deux colombes s’envolèrent alors du bûcher pour se poser sur chacune des parois. Depuis ce funeste jour les sommets faisant face au village sont nommés Kyrie eleison et Christe eleison ».

C’est en face de ces deux monuments naturels que s’est installée la Brasseria di u Monte Kyrie. Pour une bière locale, enracinée, brassée en Corse, par des Corses pour les amateurs du monde entier.

Fables et lEgendes
autour de la brasserie

Du temps jadis, alors que Ghisoni n’était qu’une petite bourgade, il fut trouvé sur la route un lourd tonneau abandonné. Rapidement, il y eu un attroupement autour du mystérieux objet. On en soutira quelques verres et il se trouva qu’il était rempli de la meilleure bière que personne n’avait jamais goûté auparavant. A qui appartenait-il ?

Il y eu beaucoup de discussions et bien des avis furent donnés. Il appartenait forcément aux nains qui vivait dans les grottes de ces montagnes qu’on appelle aujourd’hui le Kyrie Eleison et le Christe Eleison. Le tonneau avait dû tomber de là-haut et avait rebondi de sommet en sommet, de roche en roche, de caillou en caillou et avait atterri là, sur la route. Allons, allons, disaient les autres, ceci est tout à fait ridicule, cela appartient aux elfes qui vivent dans les forêts alentours, on les entend parfois rire, danser et boire toute la nuit. Sûrement un tonneau aura t’il rouler de quelques bois alentours et se sera échouer ici. Enfin les derniers soutenaient que cela ne pouvait-être que l’œuvre de ce vieux contrebandier de bière qui vivait en retrait du village et qui avait dû, par un soir ou il avait encore confondu le robinet d’eau de la source avec celui d’un de ses tonneaux, faire choir un de ces fûts qu’il emmenait parfois on ne sait où tirer par sa vieille mule.

Quant aux fullettu …

 On décida de descendre le fût au village et de décider de son sort plus tard et ainsi fut fait. Mais le fut eu tôt fait d’attirer les convoitises de chacun. Les habitants du village se mirent à se disputer pour savoir à qui reviendrait le tonneau et son précieux liquide. L’histoire en vint aux nains qui envoyèrent des émissaires réclamer leurs tonneaux, puis les elfes voyant les nains réclamer quelque chose se mirent à réclamer cette chose et ainsi toute la région commença à se chamailler pour savoir à qui reviendrait le fameux tonneau. Un soir, alors que des délégations de tous les environs étaient réunis pour trouver une solution, le dieu des eaux apparu, il ne portait rien qu’une légère tenue et tenait en sa main un énorme trident. Autant agacé qu’amusé par toute cette excitation qu’il avait observé tantôt d’un ruisseau, tantôt de la pluie, tantôt d’ailleurs, il s’avança jusqu’au tonneau de la discorde et dit devant un parterre de gens qui reculaient « Ce fut que vous voyez, c’est mon frère qui l’a perdu et ce n’est point là un breuvage pour vous ». Et d’un grand geste, il brisa le fut. On raconte que ceux qui goutèrent au breuvage mystérieux vécurent tous bien plus que le commun des gens.

L’histoire passa et, de générations en générations, d’exagérations en oublis, peut-être à cause de la honte, le tonneau secret se transforma en dragon.

Mais c’est bien un tonneau que perça ce dieu ce fameux jour.

Peut-être au détour d’un chemin dans le village de Ghisoni trouverez-vous un vieillard, occupé un jouer à quelques jeux de cartes inconnus qui se souviennent encore de la véritable histoire du dieu de la fontaine du village. D’ailleurs, c’est de mon grand-père que je tiens cette histoire.

Quant à nous dans notre modeste brasserie, nous travaillons sans relâche pour espérer un jour retrouver un jour la recette de la bière des dieux.

Galerie

FAITES PARTIE DE NOTRE HISTOIRE

Envoyez-nous vos photos ou utilisez le hashtag #MKE